Distributeur de billets



Le 4 juillet 2011, la Commission Départementale de Présence Postale Territoriale (CDPPT), saisie par Monsieur le maire de TROUY, rendait son verdict la commune ne remplit pas les conditions suivantes pour prétendre à l’installation d’un DAB :

• L’installation d’un DAB doit émaner de communes situées en zones prioritaires (communes rurales et communales classées en zone de Revitalisation Rurale) ;
ou
• l’installation d’un DAB doit émaner de communes situées dans un canton totalement dépourvu de DAB de la Poste ou de la concurrence.

Conditions auxquelles s’ajoutent également les observations de la Poste :
• Le seuil de rentabilité des DAB est fixé à 5500 retraits mensuels. L’étude géomarketing réalisée pour la commune de TROUY n’a pas révélé un tel potentiel.

Malgré cette décision, la ville de TROUY est restée mobilisée sur ce sujet et a rencontré en mairie, en décembre dernier, des représentants du Groupe de la Poste, lesquels sont restés sur leur position : en terme législatif, la ville de TROUY est classée en zone urbaine et à ce titre ne peut pas bénéficier des dispositions prioritaires définies pour les zones dites rurales. TROUY ne remplit pas les conditions pour exiger un DAB : il faut un minimum de 200 retraits par jour. Certains équipements sont d’ailleurs enlevés dans certaines communes.

Néanmoins, le 5/12/11, la ville a saisi une nouvelle fois la commission départementale de présence postale, afin que cette instance reconsidère sa décision défavorable.

Cette demande de recours a été motivée par le critère de l’éloignement du premier DAB accessible (à plus de 5 kilomètres ou 20 minutes).

En effet, un courrier de la DATAR (Délégation interministérielle à l’Aménagement du Territoire et à l’Attractivité Régionale) du 9/11/11, transmis par le sénateur du Cher, Monsieur Rémy POINTEREAU, à Monsieur le maire de TROUY, vient confirmer noir sur blanc, que les présidents des commissions départementales de présence postale territoriale, réunis le 18 octobre dernier, ont estimé primordiale la question de la proximité de ces équipements, soit la possibilité d’une installation à 5 km ou 20 minutes du DAB le plus proche.

Le seuil de rentabilité fixé à 5 000 € reste peut-être également un critère incontournable mais la ville est convaincue que l’existence sur TROUY Bourg de plusieurs commerces de proximité aura un effet d’entraînement.

Le coeur de la réclamation est qu’un usager qui va ailleurs devient un usager qui consomme ailleurs, d’où une forte pénalisation pour la ville de TROUY, en l’occurrence pour tous les efforts qu’elle développe dans le but de sauvegarder et de maintenir ses commerces de proximité.

A ce jour, la ville est en attente de la décision.

La Poste, D.A.B. | TGV | Enquête INSEE